16/01/2008

Chanel : une maison, une histoire...

coco-jeune
 

A 26 ans, Coco arbore une longue chevelure qu'elle coupera spontanément, quelques années plus tard.


Gabrielle Chanel naît le 19 août 1883 à Saumur. De sa petite enfance, l'on garde peu de traces : sa mère s'éteint d'une tuberculose alors que la fillette n'a que 12 ans. Abandonnée par son père, elle est placée à l'orphelinat d'Aubazine. Gabrielle Chanel y revêt pendant 9 ans le sarrau noir, tenue qui inspirera l'une de ses plus célèbres créations.
A 20 ans, la belle Chanel décide de tenter sa chance à la ville et devient chanteuse de "cafés-concerts" à Vichy. Elle y rencontre son permier protecteur : Etienne Balsan. Séduit, le jeune officier l'initie à la vie mondaine et finance ses premières créations. C'est aussi par l'intermédiaire de Balsan que Gabrielle rencontre l'amour de sa vie : Boy Capel.


1910-1921 : Chanel prend son envol

1921-numero5

En 1910, Gabrielle - "Coco" de son nom de scène - réalise son rêve et devient modiste.
Après avoir travaillé dans la garçonnière parisienne d'Etienne Balsan, elle ouvre sa première boutique au 21, rue Cambon : "Chanel Modes". Dès lors, la maison Chanel ne cesse de grandir. En 1913, la créatrice ouvre une boutique de chapeaux et d'accessoires à Deauville, en 1915, sa maison de couture à Biarritz.
En pleine ascension, Coco connaît toutefois un drame : en 1919, Boy Capel décède dans un accident de la route.
Deux ans plus tard, Mademoiselle Chanel donne naissance à la plus emblématique de ses créations. Le N°5, premier parfum composé du marché, fait mouche dès son lancement. Un mythe est né.


1926 : la petite robe noire

1926-robe-ford
Pour la jeune modiste, 1926 est une année faste qui voit la naissance de bon nombre des tenues emblématiques de la maison.
Gabrielle Chanel impose la "petite robe noire". En contradiction totale avec la mode de l'époque, elle séduit par sa simplicité. Premiers conquis : les critiques du magazine américain Vogue voient en elle "l'uniforme de la femme moderne". La petite robe noire est baptisée "la Ford de Chanel", référence au fleuron américain de l'automobile.
C'est aussi en 1926 que Chanel introduit dans ses collections, l'imperméable et le blazer à boutons dorés. Peu à peu, les codes de la maison se mettent en place.


1928-1931 : années d'innovation

1930-mode-sport
Si Chanel fait l'objet de toutes les convoîtises dès ses débuts, c'est avant tout parce qu'elle sait s'inspirer de son époque et de ses rencontres pour créer un style révolutionnaire. Déjà en 1920, sa liaison avec le Duc Dimitiri Pavlovitch est l'occasion d'intégrer la mode russe à ses collections. De son amour avec le Duc de Westminster et leurs voyages en Ecosse naîtra, en 1928, l'idée de ses premiers tailleurs en tweed.
Le succès ne se fait pas attendre. En 1929, Mademoiselle intégre une boutique d'accessoires à sa Maison de Couture. Le "total look" Chanel est né. Il s'exporte jusqu'aux Etats-Unis et dès le début des années 30, Coco devient la conseillère des stars à l'instar de Greta Garbo ou Marlène Dietrich.


1932 : une collection haute joaillerie

1932-ligne-diamant

Féminine à l'excès, Mademoiselle ne se déplaçait jamais sans ses perles et avait un "goût" très prononcé pour les bijoux. Dès 1924, elle ouvre donc son atelier de bijoux fantaisie. Comme à son habitude, la créatrice sait s'entourer : Etienne de Beaumont puis le duc Fulco de Verdura contribuent au développement des bijoux de la maison.
Mais c'est en 1932 que Gabrielle Chanel défraye à nouveau la chronique. A la demande de la Guilde internationale du Diamant, Coco crée "Bijoux de Diamants" sa première collection de Haute Joaillerie. A l'honneur, les diamants sont montés sur platine, une extravagance que seule Coco peut se permettre en plein marasme économique.


1935 : une créatrice à son apogée

1936-apogee

Dans les années 30, la créatrice cinquantenaire est au sommet de sa gloire. Son palmarès est éloquent : en quelque 20 ans de carrière, Chanel a su imposer la marinière, le jersey, le pantalon, le bijoux fantaisie, le tweed, la petite robe noire... Elle est aussi la première créatrice de mode à avoir donné naissance à un parfum, à une ligne de produits de beauté.
En 1935, elle emploie près de 4 000 ouvrières, possède 5 immeubles de la rue Cambon et vend près de 28 000 modèles par an.
Mais l'avènement de la Seconde Guerre Mondiale marque le déclin de la maison. En 1939, la Maison de Couture ferme ses portes. Après un séjour en province, Mademoiselle s'exile en Suisse en 1944.


1954 : retour d'exil, la maison renaît

1954-maison
La Guerre et l'exil ne mettent pas fin aux activités de Chanel : la boutique d'accessoires reste ouverte et l'arrivée des GI américains assoit la notoriété du parfum phare de la maison, le n°5.
L'après-guerre est pourtant une période décisive pour Chanel. A son retour d'exil, Coco Chanel découvre une France passionée par le "New Look" de Christian Dior, une mode à l'opposé de la sobriété féminine qu'avait su imposer Mademoiselle.
Alors agée de 71 ans, Gabrielle prépare son retour. En 1954, la Maison de Couture de la rue Cambon ouvre à nouveau ses portes, une nouvelle collection voit le jour. La critique est frileuse mais peu importe, Chanel est de retour.


1955-1970 : le total look Chanel

1964-mannequins
Dès la fin des années 50, les codes de la maison Chanel s'affinent. En 1955, le sac matelassé apparaît dans sa version définitive et le sac surpiqué à chaînes dorées s'impose. En 1957, les sandales à bout noires voient le jour.
Pour Coco, c'est l'année du sacre : la "créatrice la plus influente du XXe siècle" reçoit à Dallas un Oscar de la mode.
Côté parfums, la maison donne naissance, en 1955, à sa première fragrance pour homme, "Pour Monsieur". La même année, Marilyn Monroe déclare ne porter que "quelques gouttes de N°5" pour habiller ses nuits : c'est une nouvelle consécration.


1971 : une icône s'éteint

1971-mort-coco

Le 10 janvier 1971, Coco Chanel décède à l'âge de 88 ans dans l'appartement du Ritz qu'elle occupait depuis plus de 20 ans. Le lendemain, sa dernière collection couture est présentée et remporte les louanges de la critique.
Visionnaire, Coco Chanel laisse derrière elle 60 ans de carrière ainsi qu'un style qu'elle a su forger et imposer en fonction de ses "goûts" et "dégoûts" personnels.
Sept ans après la disparition de Mademoiselle, Phillipe Guibourgé se voit confier le soin de donner naissance à la première ligne de prêt-à-porter de la maison, sobrement baptisée "Chanel Boutique". Les premières tenues en maille de Chanel voient le jour. Même sans sa créatrice, la maison perdure...


1983 : l'arrivée de Karl Lagerfeld

1983-lagerfeld

Pendant plus de 10 ans, la maison Chanel se fait moins retentissante. Mademoiselle s'en est allée et trouver un successeur à sa mesure semble bien difficile.
Pour assurer la pérennité de la maison, un seul personnage s'impose : Karl Lagerfeld. Le créateur a fait ses armes chez Balmain avant de collaborer, à partir des années 1960, avec Fendi ou Chloé. Arrivé en 1983 chez Chanel, Lagerfeld sait imposer sa patte tout en conservant les codes de la maison si chers à Mademoiselle. En 1986, il reçoit, pour sa collection Automne-Hiver, le Dé d'Or, prix récompensant la collection Haute Couture la plus créative de l'année. La maison Chanel a trouvé son héritier.


1987-1993 : l'Horlogerie, la Joaillerie

1993-chanel-joaillerie

La fin des années 80 marque le début d'une ère d'expansion pour Chanel. Après avoir privilégié la mode, la maison crée l'Horlogerie Chanel en 1987, installant la première boutique avenue Montaigne. La même année, la montre "Première" voit le jour et marque ainsi le début d'une longue série de succès.
En 1993, Chanel rend hommage à sa créatrice et donne naissance à Chanel Joaillerie. Quatre ans plus tard, les deux pôles sont rassemblés au 18, place Vendôme. C'est en cette nouvelle adresse de prestige que la collection "Bijoux de Diamants" est rééditée en 2002.


2006 : entre tradition et innovation

2006-collection

35 ans après le départ de Mademoiselle, ses créations n'ont jamais été aussi actuelles.
Selon ses observateurs, la mode Chanel, revue par Karl Lagerfeld a pris au cours de la dernière décennie, un tour résolument "luxe". Si les modèles emblématiques de la maison se parent aujourd'hui de couleurs, ils ne font jamais défaut à leur créatrice.
Fidèle et innovante, la mode selon Karl Lagerfeld a valu au styliste "un Lifestyle Achievement Award", tribut pour l'ensemble de sa carrière décerné par le très influent "Council of Fashion Designers of America".
A l'aube de ses 100 ans, la maison Chanel ne s'est jamais aussi bien portée.


 

13:36 Écrit par Isa dans Mode | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mode, chanel |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.