26/12/2007

Les olives grecques ...

438_olive
 
En Grèce, l'huile d'olive règne sur la gastronomie depuis des temps immémoriaux (cf. histoire). Dans toute la presqu'île du Pélion qui fait une virgule dans la Mer Égée, sur la montagne des Centaures, de Jason et des Argonautes, on trouve, en basse altitude, les oliviers. Tard à l'automne, on va traire les branches en glissant la main le long de chacune pour détacher chaque olive sans l'abîmer. Tous se retrouvent ensuite au moulin devant la presse attendant avec anxiété de goûter la première cuvée que l'on étend sur une grosse tranche de pain et une pincée de sel pour en exacerber tous les arômes.

Les olives qui seront vendues entières prennent le chemin de la conserverie. Elles sont d'abord plongées dans un bac de saumure et reposent de 3 à 4 mois, temps nécessaire pour en chasser l'amertume. Triées, calibrées, elles sont ensuite mises en conserve ou en chaudière avec de l'huile d'olive, du vinaigre et du sel pour prendre la route des marchés internationaux.

Si les olives grecques sont reconnues de par le monde, celles de Kalamata dans le Péloponèse jouissent d'une réputation sans égale.


Les commentaires sont fermés.